Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Sous-brigadier de police

Claudie Darcy

Victime du devoir le 25 février 1994

Département

Bouches-du-Rhône (13)

Affectation

Marseille

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Jeudi 24 Février 1994. La Police Nationale est sensibilisée pour patrouiller aux abords des commerces de proximité dans le quartier de la gare Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône), où la délinquance s’est fortement ancrée. En 1993, ce sont effectivement cinquante-et-une pharmacies et soixante-six commerces de détails qui ont été la cible de vols à main armée, le plus souvent par des malfaiteurs agissant seuls.

Vers 19h30, alors que la nuit est tombée, deux gardiens de la paix du commissariat du 4e arrdt patrouillent sur le Boulevard Camille Flammarion lorsqu’ils remarquent une Renault 5 rouge stationnée en double file devant une pharmacie. Il s’agit d’un modèle de véhicule utilisé dans plusieurs braquages commis dans le secteur par un suspect de type européen, cheveux roux et porteur d’une barbe fournie.

Lorsque le sous-brigadier de police Claudie Darcy, trente-sept ans, tente de jauger la situation dans la pharmacie, il tombe nez à nez avec le malfaiteur Daniel Pruvost, quarante-trois ans, lequel vient de rafler un butin minable de cinquante francs sous la menace d’une arme d’épaule modifiée à double canon.

Le policier somme le truand de lâcher son arme mais ce dernier n’hésite aucunement : il tire aussitôt à bout portant sur l’agent et le blesse très grièvement au ventre. Son équipier applique dans le même temps deux tirs et neutralise le malfaiteur, le blessant très grièvement.

Transporté aux urgences de l’Hôpital Militaire de Lavéran par les médecins du bataillon de marins pompiers, le sous-brigadier Darcy décède le lendemain en soins intensifs.

L’enquête révèle que Pruvost a déjà été condamné en octobre 1991 à cinq ans de prison pour quatre vols à main armée. Bénéficiant cependant des remises de peine automatiques, il retrouvait la liberté dès le 30 octobre 1993, qu’il mettait à contribution dans une nouvelle série de braquages.
Le 6 mars 1997, la cour d’assises des Bouches-du-Rhône condamne Pruvost à la réclusion criminelle dite à perpétuité ; condamnation assortie d’une peine de sûreté de 22 ans.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Décoration de la Légion d'Honneur

Né le 29 mars 1957 à Sainte-Claude (Guadeloupe) ; marié à titre posthume, père de deux enfants.
Apprécié de ses pairs pour son caractère placide et son extrême gentillesse contrastant avec une carrure imposante, Claudie Darcy était entré dans la Police Nationale en 1980. Le 30 août 1996, sa conjointe obtienait par décret du
Président de la République le droit de l’épouser à titre posthume à la mairie du 15ème arrondissement de Marseille. En accordant cette demande, son fils devenait également Pupille de la Nation.
Citation à l’ordre de la Nation [1] ; élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur [2] ; nommé Officier de Paix à titre posthume ; médaille d’or des actes de courage et de dévouement ; médaille d’Honneur de la Police Nationale.
Page réalisée avec l’aimable autorisation de son épouse.

Sources et références

[1] JORF n°50 du 01/03/1994, page 3347, « Citation à l’ordre de la nation » / [2] JORF n°144 du 23/06/1994, « Décret portant nomination » / « Sacrifié de la BAC nord » de Bruno Carrasco, document Place des éditeurs – 2015 / Libération du 28/06/1996, « Patricia , femme de flic à titre posthume » par Hervé Vaudoit / Le Monde du 27/02/1994, « A Marseille, de la délinquance alimentaire au meurtre » / L’Humanité du 26/02/1994, « Le sous-brigadier est mort pour 50 francs » / Le Monde du 26/02/1994, « Mort d’un policier chargé de surveiller les pharmacies à Marseille »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée