Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Sous-brigadier de police

Alain Claverie

Victime du devoir le 26 août 1985

Département

Alpes-Maritimes (06)

Affectation

Cagnes

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Lundi 26 Août 1985. Très tôt dans la matinée, un commando de malfaiteurs armés de pistolets mitrailleurs et de grenades investit le siège d’une société de transports de fonds dans la zone industrielle de Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes), rue Claude Bernard. Ils neutralisent la dizaine d’employés déjà présents dans les locaux.

Visiblement bien renseignés, les malfaiteurs savent qu’un système d’alarme est directement relié au commissariat. Menacé de mort, le directeur de la société est alors contrait d’appeler le chef de poste du commissariat central pour faire croire que des travaux temporaires vont déclencher par erreur le dispositif.

Accédant aux coffres-forts, les malfaiteurs commencent à charger un camion de plusieurs millions de francs. Cependant, conformément au protocole, une patrouille de police est néanmoins envoyée sur place pour jauger la situation.

Le système de sécurité programmé par horodateur très contraignant pour les convoyeurs entraîne régulièrement de nombreuses fausses alertes suite à de mauvaises manipulations. Lorsque deux gardiens de la paix se présentent à l’entrée du siège vers 6h30, ils imaginent sans doute une énième vérification de routine. Mais il n’en est rien.

Les policiers se manifestent à l’interphone pour s’entretenir avec un responsable. Un employé explique sous la contrainte qu’il s’agit d’un nouveau déclenchement accidentel. Intrigués, les policiers effectuent une inspection autour du bâtiment et s’apprêtent à quitter la zone industrielle lorsque le chef de poste du commissariat central les prévient par radio que des riverains ont repéré des mouvements suspects.

Lorsque qu’ils reviennent à l’entrée du siège, l’un des agents se présente désormais seul à l’interphone. Mais cette fois-ci, il est alerté par les cris des otages. Alors qu’il tente de prévenir son équipier, le gardien de la paix Alain Claverie, trente-cinq ans, est abattu par une rafale de pistolet-mitrailleur.

Un malfaiteur fait exploser une grenade, tandis que la Renault 18 des policiers est criblée de balles. A l’intérieur, le gardien de la paix Bernard Adragna, trente-et-un ans, n’a d’autre choix que de se coucher dans l’habitacle.

Dans la panique, un convoyeur séquestré pour conduire le camion dans lequel le butin a été dissimulé parvient à prendre la fuite, et gagne aussitôt la police municipale de Saint-Laurent-du-Var. Le commando s’enfuit à leur tour à bord de trois véhicules.

Grâce à l’exploitation de l’un des véhicules repérés sur les lieux de la fusillade, l’enquête va conduire à plusieurs interpellations. (Suites judiciaires inconnues)

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Décoration de la Légion d'Honneur

Né le 20 janvier 1950 à Toulon (Var) ; marié et père de deux enfants.

Entré au Centre Régional d’Instruction de la Police Nationale de Toulouse en 1972, ce policier exemplaire, très respecté, avait commencé sa carrière à la CRS N°3 de Quincy-sous-Sénart.

Muté en 1975 à la CRS N°6 de Saint-Laurent-du-Var, il a participé à de nombreuses interventions de secours en haute montagne, sauvant des vies et échappant lui-même à la mort à deux reprises au cours d’avalanches.

En 1980, il rejoignait la Circonscription de sécurité publique de Cagnes-sur-mer, d’abord au poste de Vence, puis au central de Cagnes.

Cité à l’ordre de la nation ; promu au troisième échelon du grade de brigadier de police à titre posthume ; élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur ; médaille d’or des actes de courage et de dévouement ; médaille d’Honneur de la Police Nationale.

Sources et références

Entretien avec Mathieu Claverie
Archives AFP – pressedd.com (version inaccessible du public aujourd’hui)Le Monde, article du 28/08/1985, « Les syndicats policiers s’inquiètent de l’aggravation des attaques […] »
Le Monde, article du 25/07/1985, « La guerre des fourgons blindés »
Nice matin, Archive coupure de presse du 01/11/1986

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée