Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier de police

Yvan Llopis

Victime du devoir le 27 février 2008

Département

Bouches-du-Rhône (13)

Affectation

Istres

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Mardi 26 Février 2008. Il est onze heures et demie du matin lorsqu’un automobiliste circulant sur l’Avenue Félix Gouin à Istres (Bouches du Rhône) se présente sur un dispositif réglementaire de contrôle routier établi par la Police Nationale ; s’agissant effectivement d’une artère accidentogène limitée à 45km/h.

Pour une raison qui reste inexpliquée, le conducteur âgé de trente-neuf ans vient faucher l’agent de police qui supervisait le dispositif.
Transporté aux urgences de l’Hôpital Nord de Marseille, le brigadier-chef Yvan Llopis, quarante-deux ans, décède des suites de ses blessures.

Le 25 novembre 2010, la cour d’appel d’Aix-en-Provence condamne l’automobiliste à l’origine du drame à douze mois de prison avec sursis et à un an de suspension de permis de conduire. Au mois d’avril, ce dernier avait effectivement été relaxé en première instance par le tribunal correctionnel.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Croix de la Légion d'Honneur

Né le 15 décembre 1964 à Pézénas (Hérault). Marié, père de deux enfants.

Décrit comme un grand sportif très investi auprès des jeunes à travers le football, Yvan Llopis avait fait Sport Études à Cannes ; un accident de cyclomoteur a cependant compromis sa carrière sportive professionnelle. Il a passé avec succès le concours de gardien de la paix en 1988. Il avait commencé sa carrière à Paris avant d’être muté sur l’agglomération marseillaise, puis à La Ciotat. Enfin il intégrait et dirigeait l’Unité d’Ordre Public et de Sécurité Routière à Istres. Terrible ironie du sort, il était devenu l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en matière de sécurité routière et d’accidentologie.

Le 3 décembre suivant, la rue Chantournée, jouxtant le commissariat, est rebaptisée Rue Yvan-Llopis.

Sources et références

Journal officiel du 07/03/2008, page 4268, « Citation à l’ordre de la nation »
La Provence du 26/11/2010, « Prison avec sursis pour celui qui a fauché le policier Llopis »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée