Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Roger Latasa

Victime du devoir le 21 juin 1987

Département

Pyrénées-Atlantique (64)

Affectation

Hendaye (PAF)

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Dans la nuit du samedi au dimanche 21 Juin 1987, un barrage routier établi par cinq agents de la Police de l’Air et des Frontières basée à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) est mis en place à hauteur de gare de La Négresse à Biarritz.

Le filtrage s’effectue sans incident lorsque, vers 23h, une Renault 4 venant d’Arbonne se présente au stop. S’agissant de deux activistes nationalistes basques de l’organisation clandestine armée Iparrettarrak, recherchés de l’autorité judiciaire, les occupants refusent de se soumettre au contrôle.

Aussitôt, un équipage de police en position d’attente à bord de leur Renault 18 se lance à leur poursuite.
Ils rattrapent sans peine la R4 qui s’est engagée sur un chemin non goudronné de la commune d’Anglet, près de l’étang de Brindos, et laquelle a calé sur un passage de chemin de fer. Les policiers placent leur R18 devant la R4 et procèdent à l’interpellation des individus.

L’impensable se produit à 23h14 : un train en provenance d’Irun arrive à plus de 80 km/h et frappe de plein fouet la R4 et surtoutla R18 qui se trouve pour moitié sur la voie ferrée.

Le choc effroyable fait deux victimes : le gardien de la paix Roger Latasa, trente-sept ans, et la jeune activiste basque évadée de la prison de Pau qu’il venait d’interpeller avec un pistolet de calibre 9mm et des faux documents.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Né le 17 août 1950 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques). Marié, père de trois enfants.
Cité à l’ordre de la Nation ; nommé Officier de paix à titre posthume ; médaille d’or des actes de courage et de dévouement ; médaille d’Honneur de la Police Nationale.
Page réalisée avec l’aimable autorisation de sa famille.

Sources et références

Journal télévisé du 22/06/1987 – 3ème minute
Encyclopédie du terrorisme international de Thierry Vareilles (p. 351) Ballades en Pays Basque, publication du 21/06/2010
Le Monde du 28/06/1987, « Un sympathisant du groupe IK écroué »
Le Monde du 23/06/1987, « Deux morts au cours de l’arrestation d’un nationaliste basque »

Laisser un commentaire

  1. Je faisais parti de l’équipage de nuit, avec Roger, Jean Louis, Léon, Robert le maitre chien et moi même. Je ne rentrerai pas dans les détails de cette tragique nuit. Simplement pour dire de Roger, c’était un bon pelotari, un bon vivant comme tous les basques. Je garde un souvenir de lui et quand l’occasion se présente, je lui rends une visite au cimetière de Cambo-les-Bains. Repose en paix Roger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée