Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Sergent de ville

Prosper Gazeau

Victime du devoir le 12 décembre 1918

Département

Hauts-de-Seine (92)

Affectation

Neuilly-sur-Seine

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Mardi 10 décembre 1918. Il est six heures et demie du soir à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) lorsque les sergent de ville Gazeau et Doridot sont sollicités par un wattman, pour une bande de trublions qui terrorise les usagers du tramway. De plus, les voyous sont installés sur le tampon du wagon ce qui est formellement interdit.
Alors que les agents vont au contact du groupe, ils sont victimes d’outrages et d’invectives. Tandis qu’ils saisissent le plus virulent de tous, un complice exhibe de façon soudaine un revolver et tire à plusieurs reprises. L’agent Gazeau est frappé par deux projectiles à la poitrine tandis que l’agent Doridot est blessé à la cuisse droite. La bande, constituée principalement de mineurs désoeuvrés, parvient à prendre la fuite.
Transportés à l’hôpital américain de la rue d’Inkermann, les policiers blessés sont visités par le préfet de police, M. Raux, qui, devant les familles réunies, leur décerne à tous deux la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement. Le sergent de ville Prosper Gazeau, opéré aux poumons, meurt des suites de ses blessures dans la journée du 12 décembre.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Né le 10 août 1873 à Nalliers (Vendée). Libéré de ses obligations militaires au 2e régiment du génie d’Angers avec le grade de caporal. Domicilié 21 rue Ernest Renan à St-Ouen.

Entré à l’administration en avril 1901 comme sergent de ville de ville de Saint-Ouen, puis de Neuilly-sur-Seine, l’agent Gazeau était un policier reconnu du public, très respecté et estimé de ses pairs.

Sources et références

Registre des matricules militaires de Vendée, classe 1893, mat 913.
Le Petit Parisien du 13/12/1918, « Mort d’une victime du drame de Neuilly »
Le Figaro du 11/12/1918, « deux agents blessés à Neuilly »
Le Rappel du 11/12/1918, « Agents blessés »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée