Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Pierre Porcher

Victime du devoir le 18 août 1958

Département

Seine-St-Denis (93)

Affectation

Pantin

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interception de véhicule

Arme utilisée

Homicide avec arme par destination

Dans la nuit du dimanche au lundi 18 août 1958, après s’être enivrés dans un café d’Aubervilliers, trois jeunes dévoyés maraudent dans les rues désertes de la banlieue parisienne, à la recherche d’une opportunité malsaine.

Dans cette même commune, rue de la Motte, après en avoir brisé les antivols, ils dérobent deux scooters et errent sans but précis.
A l’angle des rues Hoche et Montgolfier, commune de Pantin (Seine-et-Oise), les agents cyclistes Prelon, Bramieri et Porcher effectuent leur ronde lorsqu’ils remarquent la présence des trublions qui circulent de manière anarchique avec les engins.

Les policiers ont été alertés au cours de la nuit des vols de scooters et font aussitôt le rapprochement. Avec leurs vélos, ils établissent à la hâte un barrage de police et, munis de leurs sifflets et de lampes électriques, ils intiment aux voyous de stopper leur progression.
Tandis que l’un des voleurs se dérobe dans une rue adjacente, le scooter monté par deux mineurs poursuit sa trajectoire en direction du barrage.

Le pilote n’obtempère pas et fonce droit devant lui. Il frôle l’agent Prelon, et percute à pleine vitesse l’agent Porcher, lequel chute violemment sur le pavé après avoir été projeté.

Le pilote parvient à prendre la fuite à pieds ; pas son complice, Michel A., dix-sept ans, qui, emmené au commissariat d’Aubervilliers, livre sans tarder les noms de ses complices. Jean-Pierre N., dix-huit ans, et le principal auteur, Giovanni C., dix-sept ans, interpellé alors qu’il regagne son domicile dans un baraquement près des moulins de Pantin. (suites judiciaires inconnues)
Transporté d’urgence à la maison de santé des gardiens de la paix avec une grave fracture du crâne, puis à l’hôpital de la Pitié, le gardien de la paix Pierre Porcher succombe vers les six heures du matin.

Par une triste ironie du sort, en 2014, Sandrine Porcher épouse Mortas, sa petite-fille devenue à son tour gardienne de la paix à la circonscription d’Evreux (Eure) était tuée en service dans des circonstances analogues, alors qu’elle régulait la circulation.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Âgé de 31 ans, marié et père de quatre enfants en bas-âges : Alain, huit ans, Eliane, sept ans, Michel, six ans et Yves, quatre ans. Son épouse est en vacances en Bretagne avec ces derniers lorsqu’elle apprend la terrible nouvelle qui va briser sa vie. Entré dans l’administration en 1948, il fût attaché à la circonscription de Pantin en qualité de gardien de la paix.

Plusieurs lettres de félicitations émaillent son parcours exemplaire. Le courageux policier s’était notamment illustré dans une périlleuse arrestation de malfaiteurs surpris en flagrant délit de vol en janvier 1955 ; où l’agent Beaurain avait été tué à ses côtés.

Cité à l’ordre de la Nation ; nommé brigadier de police à titre posthume ; médaille d’or des actes de courage et de dévouement.

Il est inhumé au cimetière du Raincy, où la petite famille avait élu domicile.
Page réalisée avec l’aimable autorisation de sa famille.

Sources et références

Entretien avec la famille Mortas / Porcher, archives de presse familiale.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée