Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Sous-brigadier de police

Nicolas Rocxin

Victime du devoir le 16 juillet 1880

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme blanche

Vendredi 16 juillet 1880. Un individu très alcoolisé erre rue Montmartre dans le 2ème arrondissement de Paris, tout en menaçant les riverains avec un couteau à virole. Il est environ quatre heures et demie de l’après-midi.

Alors qu’il est adossé à un mur à l’angle de la rue d’Aboukir, il aperçoit deux gardiens de la paix en uniformes, lesquels viennent justement de recueillir les plaintes des passants. Sans crier gare, l’ivrogne se rue sur le premier agent et le poignarde à une reprise à hauteur du deuxième bouton de sa vareuse. La lame s’enfonce sur huit centimètres et, presque symboliquement, transperce le ruban de la médaille militaire dont l’agent était porteur.

Atteint dans la région du coeur, le sous-brigadier Nicolas Rocxin chancelle vers la rue Saint-Sauveur avant de s’y écrouler. Assistant à la tragique scène, le gardien de la paix Nithard intervient dans le même temps et porte un violent coup de sabre-baïonnette, avec le plat de la lame, sur le poignet du misérable, et parvient de fait à le désarmer.

Le vil est maitrisé sans ménagement avec le renfort de deux témoins. Transporté à la pharmacie Juillard-Béguin attenante, le malheureux sous-brigadier prononce quelques paroles inintelligibles avant de rendre son dernier soupir.
Le meurtrier se nomme Emile Dumoustier, chiffonnier âgé de trente-neuf ans originaire des Batignolles ; il est transporté au poste de police central de la rue de la Banque. Un service d’ordre y est rapidement établi pour empêcher les parisiens en colère, venus en nombre, de rendre justice eux-mêmes sur le pavé.

Entendu par le juge d’instruction Férey, il apparait que Dumoustier est un ancien combattant de la Commune, que deux jours de drapeaux, de Marseillaise, de pétards et surtout d’alcools imbibées de bonne heure ont brouillé la cervelle.

Au terme d’une semaine de sa détention provisoire, ce dernier succombe à l’étranglement d’une hernie de laquelle il était soignée à l’hospice de la santé.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Né à Montsec (Meuse) le 27 avril 1842, marié sans enfant, domicilié 10 rue Marie-Stuart. Libéré du service militaire après avoir accompli une période de deux ans. Auxiliaire au service de la police municipale le 1er octobre 1866, sergent de ville du 1er février 1867 au 10 septembre 1870 ; réintégré le 19 du même mois comme gardien de la paix.

Dès le début du 1er siège, incorporé dans la compagnie de gardiens de là paix mobilisé, commandée par le capitaine Leclerc, il fit le service aux avants-postes jusqu’à la fin des hostilités. Par décret du 14 avril 1871, le gouvernement lui accorda la médaille militaire pour services rendus pendant le siège de la ville de Paris de 1870-1871.

On le trouve ensuite gardien de la paix à la brigade du 8e arrondissement, où il marqua de son passage par plusieurs actes de courageux dévouement. Nommé sous-brigadier, le 1er juillet 1877, il fut attaché, en cette qualité au 2ème arrondissement.
Inhumé dans une sépulture de famille, à Saint-Mihiel (Meuse).

Sources et références

Conseil municipal de la ville de Paris, rapports et documents, année 1913, page 118. « Paris horrible et Paris original » de Georges Grison La Lanterne du 18/07/1880, « Assassinat d’un gardien de la paix »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée