Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Marc Réaux

Victime du devoir le 08 novembre 1892

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Guerre ou terrorisme

Arme utilisée

Engin explosif improvisé

Dans le contexte d’une vague d’attentats anarchistes, une bombe à renversement, déposée le 8 novembre 1892, au siège de la société des mines de Carmaux, fut transporté aussitôt par inconscience par un jeune commis au commissariat de police du quartier Palais-Royal, sis au n°21, Rue des Bons-Enfants, 1er arrdt de Paris. L’engin explosa aussitôt après et dévasta entièrement la maison de ville.
Le corps du gardien de la paix Marc Réaux fut retrouvé sous les décombres atrocement mutilé, comme celui d’autres victimes.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Né le 25 avril 1864 à Jonzac (Charente-Maritime) ; marié et père d’un enfant.
Libéré du service militaire le 25septembre 1886, après avoir accompli une période de quatre ans au 11e régiment de cuirassiers, où il avait été incorporé comme engagé volontaire le29août1882. Nommé, le 1eroctobre 1889, gardien de la paix au 1er arrondissement.

Sources et références

Conseil Municipal de la ville de Paris, Rapports et Documents, année 1913 ;p.133

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée