Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Marc Morel

Victime du devoir le 09 décembre 1968

Département

Seine-St-Denis (93)

Affectation

Bagnolet

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interception de véhicule

Arme utilisée

Homicide avec arme par destination

Dans la nuit du dimanche au lundi 9 décembre 1968, le gardien de la paix Marc Morel, en fonction à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), est fauché volontairement par le conducteur d’un véhicule en fuite alors qu’il vient d’établir un barrage de police avec des herses. Trainé sur une trentaine de mètre, il meurt des suites de graves blessures.Ses obsèques officielles sont célébrées le jeudi suivant, devant la maison de santé des gardiens de la paix à Paris. M. Maurice Grimaud, préfet de police, a épinglé sur le drapeau tricolore qui recouvrait le cercueil, la médaille d’or des actes de courage et de dévouement et la médaille d’honneur de la police française.
L’inhumation, après un service religieux à l’église Sainte-Élisabeth, a eu lieu au cimetière du Perreux. Suites judiciaires ignorées.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Date et lieu de naissance ignorés.

Sources et références

« Victimes du devoir » de Stéphane Lemercier, éd. du Prévôt, page 146.
Le Monde du 13/12/1968, « Une étudiante de Nanterre entendue comme témoin »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée