Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Louis Lécureuil

Victime du devoir le 07 janvier 1942

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Le 7 janvier 1942, le sous-brigadier Louis Lécureuil, quarante-six ans, du poste de police de Saint-Vincent-de-Paul dans le 10e arrdt de Paris, remarque la présence d’un jeune homme à l’attitude suspecte qui guette les allers-et-venues à proximité du garage Magenta proche de la Gare de l’Est, et occupé par les autorités allemandes. Alors qu’il avise ce dernier d’un contrôle d’identité, l’individu exhibe de façon soudaine une arme de poing et tire à plusieurs reprises sur l’agent.

Transporté à la maison de santé des gardiens de la paix, l’agent Lécureuil, atteint par trois projectiles de calibre 7,65 était déclaré décédé des suites de ses blessures. Le meurtrier était identifié plus tard comme étant David Grunberg, vingt ans, de nationalité polonaise. Après l’invasion de l’URSS par l’Allemagne, ce dernier avait rejoint la branche militaire du parti communiste, l’Organisation Spéciale, à l’origine de premiers attentats contre l’occupant. Le 15 juin 1942, le tribunal d’Etat de Paris le condamne à la peine capitale ; il est guillotiné le 8 août suivant.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Né le 2 janvier 1896 à Valframbert (Orne) de Louis et Amélie Fournage. Marié à Camille Conseil. Domicilié 16 rue Eugène-Jumin à Paris 19e.

Cité à l’ordre de la nation [1] ; médaille des actes de courage et de dévouement – échelon Or [2 ; élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur [3] ; promu brigadier de police à titre posthume.

Sources et références

[1] JORF du 12/02/1942
[2] JORF du 22/03/1942 (posthume)
[3] JORF du 22/07/1942
Le Jour du 09/01/1942 – Un gardien de la paix est assassiné à Paris

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée