Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier de police

Jean Yagues

Victime du devoir le 14 février 1974

Département

Isère (38)

Affectation

Grenoble

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interception de véhicule

Arme utilisée

Homicide avec arme par destination

Samedi 26 janvier 1974. Des policiers de Grenoble (Isère) repèrent un véhicule Citroën DS suspect monté par au moins sept individus en provenance du quartier de l’Abbaye-Jouhaux. Il s’agit effectivement d’un véhicule volé qui a été régulièrement utilisé par les jeunes voyous de ce quartier réputé très difficile, servant à faire des « rallyes » entre bandes entre les immeubles à grande vitesse.
Le brigadier Jean Yagues se porte sur la voie pour intimer au conducteur du véhicule de stopper sa progression, mais celui est ci est fauché volontairement. Le conducteur et ses complices parviennent à prendre la fuite en abandonnant le corps meurtri du policier.
Le 14 février, le brigadier Yagues décède des suites de ses graves blessures reçues dans l’accomplissement de sa mission. Ses obsèques officielles ont lieu quatre jours plus tard à Grenoble en présence de représentants de tous les services de police de la ville, ainsi que des autorités administratives et judiciaires. Il est nommé Officier de paix à titre posthume et cité à l’ordre de la nation.

Le brigadier Yagues avait déjà été victime sept ans auparavant de plusieurs coups de feu alors qu’il tentait de contrôler deux individus suspectés d’avoir commis un vol. Son équipier, le gardien de la paix Sylvain Sère, trente-huit ans, n’avait pas survécu.
Rapidement identifié, le conducteur mineur de la Citroën DS est interpellé avec ses complices dans le quartier de L’Abbaye dont les proches venaient réclamer bruyamment la libération devant le commissariat, puis au palais de justice.
L’information ouverte à la suite du décès du brigadier n’a pas permis d’établir le caractère volontaire des agissements du mis en cause qui a été condamné pour homicide involontaire et délit de fuite à trois ans d’emprisonnement (le maximum légal étant de quatre ans).

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Né le 6 mars 1929 à (ignoré)

Sources et références

Archive Le Monde du 31/03/1967, « Un policier est tué par un cycliste qu’il interpellait »
Archive Le Monde du 01/04/1967, « Les meurtriers seraient des nord-africains »
Archive Le Monde du 02/04/1974, « Les loulous de l’Abbaye »
Archive Le Monde du 20/02/1974, « Aucun divorce entre la police et la justice »
Journal officiel du 20/02/1974, page 1987, « Citation à l’ordre de la nation »
Compte rendu de séance Sénat du 24/07/1975

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée