Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Jean-Claude Morell

Victime du devoir le 03 septembre 1970

Département

Loire-Atlantique (44)

Affectation

Nantes

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Forcené retranché, périple meurtrier

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Jeudi 27 Août 1970. Un employé d’une entreprise de transports basée à Nantes (Loire Atlantique) vient d’être licencié pour fautes graves, mettant en cause à plusieurs reprises l’état d’ivresse dans lequel il vient prendre son service, et l’humeur particulièrement instable qui l’accompagne.

C’est de nouveau alcoolisé que Jean-Pierre Boursereau, vingt-six ans, décide de retourner avec un fusil de chasse dans l’entreprise, et tire en direction de son contremaitre sans toutefois le toucher.

Désigné par sa victime, les policiers viennent naturellement le trouver à son domicile. Lorsqu’ils se présentent devant la porte d’entrée, le forcené ouvre le feu à deux reprises à travers la porte et blesse le Commissaire de police Loïc Morineau ; il atteint plus grièvement au ventre le gardien de la paix Jean-Claude Morell.

Le 3 septembre, ce dernier succombe des suites de ses graves blessures au centre hospitalier de Nantes. Âgé de trente-six ans, il était marié et père de deux enfants.

Le 6 Octobre 1971, la cour d’assises de Loire-Atlantique condamne Boursereau à la peine de mort pour homicide et tentatives d’homicides volontaires. L’arrêt est cependant cassé pour vice de procédure et le 17 mars suivant, sa peine est commuée à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises du Maine-et-Loire.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Date et lieu de naissance ignorés.

Sources et références

Avec l’aimable autorisation de Christophe Morell (petit-fils)Le Monde, article du 05/09/1970, « Un gardien de la paix meurt à l’hôpital »
Le Monde, article du 08/10/1971, « Le meurtrier d’un policier condamné à mort »
Le Monde, article du 09/10/1971, « Jean-Pierre Boursereau tente de se suicider »
Le Monde, article du 04/12/1971, « L’arrêt condamnant Boursereau à mort est cassé »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée