Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier de police

Jean-Claude Conte

Victime du devoir le 25 juin 1996

Département

Seine-Maritime (76)

Affectation

Le Havre (Sécurité Civile)

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Mardi 25 Juin 1996. Un accident mortel de la circulation se produit vers 8h50 sur la route départementale 940 à proximité de la base d’hélicoptères de la Sécurité Civile du Havre (Seine-Maritime).
Les équipes de secours présentes sur les lieux constatent effectivement le décès d’un motard, qui a percuté très violemment le conducteur d’un camion frigorifique venant de face. Ce dernier, éjecté de sa cabine lors du choc, se trouve dans un état critique. L’équipage de la sécurité civile DRAGON 76 est logiquement sollicitée pour effectuer le transport du blessé jusqu’au centre hospitalier Jacques Monod.
La victime est placée dans une civière à bord de l’hélicoptère qui se trouve toujours dans son hangar : une situation suffisamment rare pour être soulignée. L’équipage est composé de deux policiers détachés à la sécurité civile : le brigadier-major Frédérick Pissavy-Yvernault, pilote très expérimenté, trente-neuf ans, et du brigadier Jean-Claude Conte, trente-huit ans, mécanicien de bord.
Ils gagnent sans incident la zone d’atterrissage du centre hospitalier et y déposent le blessé ainsi que les secouristes. Mais le drame se produit sur le chemin du retour à la base. Plusieurs témoins observent que l’hélicoptère vole anormalement bas et que son moteur produit un bruit aussi irrégulier qu’anormal. A 11h09, le rotor de l’engin percute et sectionne le câble d’une ligne à haute tension traversant le hameau d’Emfrayette, sur la commune de Fontaine-la-Mallet. Il s’écrase dans un champ et le carburant s’embrase aussitôt, emportant la vie des deux sauveteurs.

L’hélicoptère SA-365-C1, qui accumulait plus de 400 heures de vol, revenait d’une révision complète aux ateliers de Paris. Les entretiens journaliers ont été respectés ; rien ne semble expliquer à ce jour l’origine de l’accident de l’engin dont le personnel de bord était rompu à la manœuvre. L’enquête confiée à la DICCILEC avec le concours du groupement régional d’enquêtes de Rennes conclura à une défaillance humaine.

Biographie

Administration d'emploi

Sécurité Civile

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Spécialité

Sécurité Civile - groupement de moyens aériens

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Né 27 Novembre 1957 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), Jean-Claude Conte, marié et père de deux enfants, est décrit par sa fille cadette comme un homme ambitieux et très sportif, passionné de triathlon et de mécanique, une spécialité dans laquelle il s’est aguerri durant quinze années passées au service de l’armée. Il intégrait finalement la police nationale en 1993 et du fait de sa spécialité, rejoignait la sécurité civile du Havre dès l’année suivante, comme mécanicien de bord. Homme de valeurs et père aimant, il est arraché aux siens, victime du devoir.

Sources et références

[1] JORF n°154 du 4 juillet 1996 page 10106, « Citation à l’ordre de la nation »
[2] JORF n°57 du 8 mars 1997 page 3695, « Citation à l’ordre de la nation »
Entretiens avec Valérie Guard et Alexandra Conte, proches des victimes.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée