Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardienne de la paix

Gwladys MOMIER

Victime du Devoir le 10 mars 2019

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de tir à l'entrainement ou en opération

Au cours de la journée du dimanche 10 mars 2019, l’unité chargée des missions d’accueil, de transferts des détenus et de surveillance des gardes à vue, située au siège de la police judiciaire et jouxtant le nouveau palais de justice, 36 rue du Bastion, 17eme arrondissement de Paris, effectue leur relève.

Dans le local de l’armurerie, un adjoint de sécurité, qui manipulait son arme de poing, est à l’origine d’un tir accidentel dont le projectile blesse mortellement la gardienne de la paix Gwladys Momier, vingt-six ans.

L’adjoint de sécurité est suspendu et mis en examen pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité.

Le 15 avril 2021, le tribunal judiciaire de Paris condamne l’ex-adjoint de sécurité, révoqué depuis, à deux ans d’emprisonnement avec sursis avec interdiction définitive d’exercer le métier de policier.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de Police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Née le 10 août 1992 à Audincourt (Doubs) ; célibataire, sans enfant ; Gwladys Momier avait débuté sa carrière comme adjointe de sécurité, formée à l’école de police de Montbéliard, puis affectée à la Police aux Frontière de Saint-Louis.

Elle devenait gardienne de la paix en 2017 après avoir passé neuf mois de formation à l’école de police de Roubaix et obtenait une affectation à la Préfecture de police, au siège de la PJ.

Décrite comme enjouée, volontaire, elle s’était très bien intégrée à sa nouvelle brigade. « Gwladys avait défilé sur les Champs-Élysées avec sa promotion en 2017 lors du 14-Juillet. Son métier la passionnait. Elle avait trouvé une seconde famille au sein de la police de Paris » témoigne sa mère.

Sources et références

Le Figaro du 16/04/2021, « Un ancien adjoint de sécurité condamné pour avoir tué accidentellement sa collègue »
L’Est-Républicain du 19/03/2019, »Hommage à Gwladys, fonctionnaire de police hérimoncourtoise tuée accidentellement à Paris »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée