Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier de police

Georges Dupeyron

Victime du devoir le 07 octobre 1943

Département

Rhône (69)

Affectation

Lyon

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Dans la nuit du mardi au mercredi 6 octobre 1943, deux policiers repèrent quatre individus porteurs de sacs sur le Quai Saint-Clair à Caluire, commune limitrophe de Lyon (Rhône) et décident d’effectuer un contrôle. A l’examen des documents d’identité présentés, il apparait que ces derniers sont faux. L’un des suspects exhibe aussitôt une arme de poing, tire et abat le brigadier de police Georges Dupeyron, quarante-six ans, lequel expirera le lendemain.

Le gardien de la paix Maurice Roche était grièvement blessé et laissé pour mort. Au cours de leur fuite, les auteurs abandonnent un sac tyrolien contenant des explosifs, ainsi que l’arme de poing administrative d’un gardien de la paix blessé dans une embuscade à Vaulx-en-Velin, qui s’est soldée par la mort du brigadier-chef Grobon un mois plus tôt.

Les enquêteurs faisaient le rapprochement avec une dizaine d’attaques à main armées réalisées dans la région depuis quelques mois et procédaient à l’interpellation de plusieurs personnes dont on sait aujourd’hui qu’elles oeuvraient dans le contexte de la Résistance intérieure française.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Né le 19 novembre 1896 à Lyon 3e (Rhône), de François (gardien de la paix) et Julienne Viret (ménagère).

Marié à Jeanne Chanaud le 11 septembre 1920 à Miribel (Ain) et inhumé dans cette même commune.

Médaille des actes de courage et de dévouement, échelon Or.

Sources et références

AD69, état civile année 1896, Lyon 3e, acte de naissance 1858.
Document « Monument aux morts des policiers lyonnais » -SLHP – Michel Salager, Colette GRivaud, nov. 2020.
Journal local Le Salut Public des 7, 8 et 9 octobre 1943

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée