Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier-chef de police

Claude Hagneré

Victime du devoir le 07 juin 2003

Département

Pas-de-Calais (62)

Affectation

Saint-Omer (CRS N°16)

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Samedi 7 Juin 2003. La Compagnie républicaine de sécuritéN°16 basée à Saint-Omer (Pas-de-Calais),rentre dans le Nord après avoir assuré une mission de maintien de l’ordre dans le cadre du G8 d’Evian-les-Bains (Haute-Savoie). Le convoi de quinze fourgons vient de franchir le péage de Nangy sur la A 40 lorsquele drame survient.

A hauteur de la commune d’Arthaz-Pont-Notre-Dame, la conductrice d’une Opel Vectra circulantà une vitesse estimée à 180km/h vient percuter l’arrière du dernier fourgon du convoi de CRS. Sous la violence du choc,le fourgon se retourne, fait plusieurs tonneaux et termine sa course derrière la glissière desécurité.

A bord, quatre policiers qui ne portent pas leurs ceintures sont éjectés. Le gardien de la paix Fabrice Lepercq, conducteur de trente-et-un ans, et le brigadier-chef Claude Hagneré, chef de bord âgé de quarante-huit ans, trouvent tous deux la mort. Les gardiens de la paix Alain Bressel, quarante-cinq ans, et Noël Boulet, quarante-sept ans, sont grièvementblessés.
Dans l’Opel Vectra gravement accidenté, la conductrice de trente-trois ne souffre que d’une fracture du poignet. Ses deuxenfants âgés de sept et trois ans installés à l’arrière sont miraculeusement indemnes.

L’enquête menée par la gendarmerie révèle que la conductrice de nationalité suisse revenait de vacances en Espagne. Elle venait d’effectuer un trajet de 1316km sans aucune pause. Ayant perdu ses amisde vue, elle voulait « à tout prix » les rejoindre avant la frontière, n’ayant pas d’argent pourle péage et l’essence. A 17 km de Genève, elle décidait d’adresser un SMS à ses amis pour leslocaliser ne prêtant plus de fait attention à la circulation.
Le 20 Septembre 2004, le tribunal correctionnel de Thonon-les-bains condamne la conductrice à trente mois de prison ferme, trois amendes de 500 euros et supprime son permis de conduire pour une durée de cinq ans.

Peine confirmée en appel en Juin 2005 par la cour d’appel de Chambéry. Face à sa personnalité déconcertante, les conclusions de l’expert psychologue ont démontré que « ses facultés de discernement sont celles d’un enfant de 12ans ».

Biographie

Administration d'emploi

Compagnies Républicaines de Sécurité

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de l'Ordre Public - Sécurité Routière

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Croix de la Légion d'Honneur

Né le 14 novembre 1954 à Etamples (Pas-de-Calais) ; marié et père de trois enfants. 27 ans de services civils et militaires.
Cité à l’ordre de la nation [1] ; élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur [2] ; nommé Lieutenant de police à titre posthume ; médaille d’Honneur de la Police Nationale.

Sources et références

[1] JORF n°142 du 21 juin 2003 page 10438, textes n°33 et 34 / [2] JORF n°247 du 24 octobre 2003, Texte n° 1, décret du 22/10/2003 portant nomination / Le Parisien du 21/09/2004, « Trente mois de prison pour la conductrice meurtrière au SMS » / Site « Mémoire », avis de messe, anniversaire, pensée du 07/06/2003 en hommage à Fabrice Leperq

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée