Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Bertrand Relave

Victime du devoir le 10 juillet 2016

Département

Rhône (69)

Affectation

Ste-Foy-lès-Lyon (CRS UMZ Sud-Est)

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Dimanche 10 Juillet 2016. Trois policiers motocyclistes de l’Unité Motocycliste Zonale Sud-Est – détachement de la C.R.S. N°46 basée à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) – circulent sur l’autoroute A43 dans le sens Chambéry-Lyon. Ils reviennent d’un service d’ordre à l’occasion du festival Musilac en Savoie.
Vers dix-neuf heures, alors que la formation atteint le tunnel de Dullin, près de la commune de Verel-de-Montbel, le gardien de la paix Bertrand Relave percute un véhicule automobile qui le précédait, surpris par un fort ralentissement. Il chute brutalement sur la glissière centrale de la voie rapide tandis que sa moto est projetée sur la voie opposée. Il décède des suites de graves blessures.

Originaire de la Loire, Bertrand Relave avait vingt-huit ans et vivait en concubinage avec Salomé. Entré dans l’administration comme adjoint de sécurité opérant dans plusieurs circonscriptions stéphanoises, il devenait titulaire en 2010 et passait avec succès sa formation de motocycliste à l’école nationale de police de Sens (Yonne).

Policier de nature discrète, sa disparition a provoqué une vive émotion au sein de l’unité motocycliste zonale sud-est.

Biographie

Administration d'emploi

Compagnies Républicaines de Sécurité

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de l'Ordre Public - Sécurité Routière

Spécialité

Unité Motocycliste

Né le 5 août 1988 à Saint-Etienne (Loire). Il repose désormais au cimetière de Savigneux-en-Forez (Loire).

Sources et références

La Voix du Nord du 28/11/2016, HAZEBROUCK La mort d’un policier crée l’émoi au commissariat

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée