Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Brigadier de police

Arsène Poncey

Victime du devoir le 11 mars 1944

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Guerre ou terrorisme

Le 11 mars 1943, la Geheime Staatspolizei, police secrète d’État du régime nazi, accompagnée d’agents de police des brigades spéciales des renseignements généraux, investit les locaux de l’Union des Anciens Combattants de la Préfecture de Police, situés au coeur de la P.P., où s’opérait depuis l’automne 1940 une intense activité résistante policière. L’association présidée par le brigadier des gardiens de la paix Arsène Poncey, exerçant au 6e arrdt, y avait monté un véritable centre opérationnel de propagande anti-nazi, d’actions subversives et de renseignement (voir biographie).

Poncey est arrêté avec deux de ses administrateurs par le fait d’une dénonciation (le traitre sera fusillé à la libération. Incarcérés à la prison du Cherche-Midi, ils sont torturés avec cruauté. Il est d’abord interné à Fresnes jusqu’au 20 septembre 1943, date de sa déportation programmée sous le protocole « Nuit et Brouillard » à Sarrebrück Neue Bremm, puis le 16 octobre à destination de Mauthausen. Affecté au camp central de Wiener Neudorf, il succombe sous le matricule 37803 le 11 mars 1944 [7].

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Titres et homologations

Membre des Forces Françaises Combattantes (renseignement, action et évasion)

Membre de la Résistance Intérieure Française (création de mouvements et de réseaux)

Statut "Déporté, Interné de la Résistance"

Mention "Mort en Déportation"

Citation à l'Ordre de la Nation

Né le 27 janvier 1894 à Passy (Haute-Savoie) de Pierre Alexandre et de Célina Vallet ; marié le 13 janvier 1920 avec Lina Miotton, divorcé en 1941 ; marié le 3 février 1942 avec Blanche Chablais ; domicilié Rue Denfert-Rochereau, N°38 – Paris 5e. Il est considéré par les historiens comme l’un des plus grands résistants de la Police.

Vétéran de la grande guerre mobilisé dès le 1er septembre 1914 dans les régiments d’artillerie (campagne intérieure et campagne d’Orient) ; libéré le 6 septembre 1919 avec le grade de maréchal des logis ; médaille militaire ; Croix de guerre. Arsène Poncey exerçait la profession de cocher avant d’entrer à la Préfecture de police en octobre 1920 comme gardien de la paix.

Volontaire pour s’engager dans une unité combattante en 1939, il est affecté au centre d’opération d’appui aérien de Nemours, au 123e régiment d’artillerie [6]. Démobilisé le 16 juillet 1940 avec le grade de maréchal des logis chef, il préside l’Union des Anciens Combattants de la Préfecture de Police. L’UACPP est alors l’une des seules associations professionnelles qui n’est pas interdite par l’occupant allemand ; il y recense de nombreux volontaires pour s’engager très tôt dans le mouvement de Résistance.

Dès le mois d’octobre 1940, de retour dans son commissariat du 6e arrdt de Paris, il prend contact avec une jeune employée du ravitaillement à la mairie et met en place une filière de distribution de cartes d’alimentation pour les prisonniers évadés des stalags allemands. La jeune femme le met également en relation avec le Dr Raymond Chanel à Nevers, spécialiste de l’évasion, et André Méresse, par l’intermédiaire desquels il peut entrer en contact avec le Comité Français de la Libération Nationale ; lequel lui demande d’organiser un mouvement de résistance policier. Ce sera le groupe Valmy rattaché au réseau de l’Armée des Volontaires.

L’Armée des Volontaires est un groupe d’action, d’aide aux prisonniers évadés, de renseignement et de passage en zone libre. Grâce à l’impulsion d’Arsène Poncey, les policiers y sont très représentés et leurs activités subversives très intenses. Il prend la direction du groupe Valmy sous le pseudonyme Capitaine Lapeyroux, et mène les opérations directement depuis les bureaux de l’UACPP situés au sein même de la Préfecture de police. Il poursuit le recrutement de nouveaux adhérents grâce au fichier du personnel directement accessible, dans lequel il trouve effectivement les réfractaires à l’occupation signalés à l’administration. En novembre 1942, à la suite d’une série d’arrestations, Poncey prend le commandement de la structure de l’Armée des Volontaires avant d’être arrêté lui-même par la police allemande, et déporté vers les camps de la mort (voir circonstances).

Poncey est remplacé par le Commissaire de police Edmont Dubent, chef des services techniques de la Préfecture de police, lequel initie le réseau L’Honneur de la Police.

Cité à l’ordre de la Nation [1] ; élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur ; mention « Mort en déportation » [2] [3] ; mention « Déportés et internés de la Résistance » [4] ; homologué Commandant au titre des Forces Françaises Combattantes, réseau « SR Armée des Volontaires » [4] ; médaillé de la Résistance Intérieure Française par l’Ordre de la Libération [5]. Promu Officier de paix à titre posthume ; puis sous-directeur à titre honorifique.

Sources et références

[1] JORF du 24/05/1946, p.4/24, décret du 23/05/1946
[2] JORF n°0190 du 17 août 2012, texte n° 30
[3] Service historique de la Défense, Caen – CoteAC 21 P 526993
[4] Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 485214
[5] JORF du 17/05/1946, décret du 24/10/1946
[6] AD 74, registres matricules militaires, classe 1914, 1 R 814 – matricule 2261
[7] Fiche du mémorial de Mauthausen
Désobéir : des policiers et des gendarmes sous l’occupation ; Limore Yagil – 2018
Au cœur de la Préfecture de Police : de la Résistance à la Libération, p.48-49 – coord. Luc Rudolph

Laisser un commentaire

  1. Merci aux anciens résistants des forces de l’ordre ( mon père en faisait parti) ainsi qu’à tous les autres résistants.

  2. Heureusement que nous avons eu ces héros….sans qui la France ne serait pas la France….et nous par la même occasion !!
    Honneur et Respect !!🇲🇫

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée