Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Inspecteur de police

Alain Diaz

Victime du devoir le 28 février 1977

Département

Morbihan (56)

Affectation

Saint-Brieuc

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Forcené retranché, périple meurtrier

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Lundi 28 Février 1977. Michel Fetas, représentant de commerce âgé de quarante-cinq ans, s’est barricadé dans son domicile, boulevard de la Tour d’Auvergne à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Plongé dans un état dépressif suite à de grandes difficultés d’ordre professionnel, il saisit une carabine 22 long rifle, tire au hasard dans la rue depuis sa fenêtre et manque de tuer un cyclomotoriste. Ses voisins appellent aussitôt la police, et précisent que l’épouse et le jeune fils du forcené se trouvent encore dans la maison.
Vers onze heures, deux inspecteurs de police et deux gardiens de la paix du commissariat local, dépêchés sur place, entrent en contact à distance avec le forcené, lequel demande finalement à voir son médecin traitant.

Alors que la tension semble redescendue et que l’on cherche à joindre le médecin, le forcené saisit de nouveau son fusil et fait feu en direction de l’inspecteur principal Alain Diaz, trente-cinq ans, désormais à découvert sous ses fenêtres. Le policier est atteint mortellement à deux reprises à la poitrine. Le sous-brigadier Yves Le Becher, trente-neuf ans, tente aussitôt de le secourir mais il est atteint à son tour à deux reprises dans le dos.

Vers deux heures et demie de l’après-midi, le Service Régional de la Police Judiciaire de Rennes ont été dépêchés en sus du dispositif de la Sûreté Urbaine. Festas manifestait une nouvelle fois son intention de parlementer, mais il ouvrait encore le feu sur les policiers rennais qui approchaient. Il blessait grièvement le commissaire de police Guy Menez, ainsi que l’inspecteur principal Croslais.
Avec le concours de la gendarmerie, la brigade antigang du Commissaire Robert Broussard finalement dépêchée en urgence sur place parvient à convaincre le forcené à se rendre. Fetas jette par une fenêtre sa carabine et finit par être maitrisé. Son épouse et son fils de douze ans sont retrouvés sains et saufs. (suites judiciaires inconnues)

Biographie

Corps

Corps des inspecteurs de police

Type d'unité

Unité d'investigation

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Date et lieu de naissance ignorés.

Sources et références

Journal officiel du 02/03/1977, page 1148, « Citation à l’ordre de la nation »
Le Monde du 02/03/1977, « Un policier est tué et quatre autres sont blessés par un homme en état dépressif »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée