Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Sergent de ville

Pierre Carican

Victime du devoir le 13 août 1870

Département

Rhône (69)

Affectation

Lyon

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Maintien de l'ordre, ou service d'ordre

Arme utilisée

Homicide par arme blanche

Dans le climat anarchiste quasi-insurrectionnel du 13 août 1870, vers 9 h, le commissaire de police intervient
pour faire cesser un attroupement séditieux, grande place de la Croix-Rousse où le sieur Lentillon, monté sur le
socle de la croix, harangue la foule, engageant les jeunes gardes mobiles à ne pas partir disant qu’il fallait
proclamer la République. L’orateur est arrêté mais pour faire disperser les centaines de personnes il est fait
appel aux sergents de ville appuyés par des militaires. Bousculades, menaces, violences, tumultes au cours
duquel Pierre Carican est désarmé. Il est frappé de son propre sabre à deux reprises ainsi que le brigadier
Boisseaux de la 3ème compagnie. Il décède à 13 h à l’Hôtel-Dieu.

Biographie

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

28 ans, natif de Saligney (Jura).
Sergent de ville à la 2ème compagnie, caserne Serin.

Sources et références

Société Lyonnaise d’Histoire de la Police, document « Monument aux morts des policiers lyonnais » – Michel Salager.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée