Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Charles Bailly

Victime du devoir le 02 novembre 1901

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Phénomène physique : explosion, incendie, avalanche, noyade, chute dans le vide

Vendredi 2 novembre 1901. Vers neuf heures et demie du matin, quai de l’Hôtel-de-Ville, près du pont Marie, le gardien de la paix Charles Bailly remarque qu’une femme se précipite dans la Seine.

Se jetant aussitôt à la nage pour lui porter secours, il plonge à plusieurs reprises pour ramener la désespérée à la surface, mais il disparait à son tour.

Malgré le dévouement de son équipier, l’agent Eugène Mornas, et des mariniers qui avaient assisté au drame, les deux corps ne purent être retirés de l’eau qu’après un temps qui ne laissait plus d’espoir de les rappeler à la vie.
D’abord déposé au pavillon de secours F, dit de Gesvres, le corps de l’agent Bailly fut transporté à la Préfecture de police, dans une salle des brigades de réserve, transformée en chapelle ardente.

La jeune femme désespérée ne sera jamais identifiée. Elle était vêtue d’une robe en satin noir, d’un caraco bleu à rayures blanches dont l’encolure portait le prénom « Emilie ».

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Spécialité

Unité Nautique

Né le 14 juin 1871 à Poitiers (Vienne) ; Célibataire, sans enfant. Domicilié 64 rue de Meaux, Paris 19e.
Incorporé le 22 novembre 1892 au 5e régiment du génie, dont il fut libéré le 22 septembre 1895, avec le grade de sergent. Entré à la Préfecture de police le 21 décembre 1898, comme gardien de la paix au 1er arrondissement, détaché en cette qualité à la brigade fluviale, lors de la création de ce service au commencement de l’Exposition universelle de 1900. Inhumé au cimetière Chilbert, dans son pays natal.
Par arrêté en date du 5 avril 1904, visant un vote du Conseil municipal de Paris, le Préfet de la Seine a, pour rendre hommage à la mémoire de l’agent Bailly, donné son nom à une rue du 9e arrondissement.

Sources et références

Conseil Municipal de Paris, année 1913, Rapports et documents, 2ème partie, page 142.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée