Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Gardien de la paix

Camille Morby

Victime du devoir le 15 septembre 1932

Département

Paris (75)

Affectation

Paris

Partagez

Circonstances

Décès d'origine accidentelle

Cause du décès

Accident de voie publique, de trajet, aérien ou naval

Dans la nuit du 14 au 15 septembre 1932, vers minuit, deux gardiens cyclistes de service, Fernand Kieffer n°9428 et Camille Morby n°4091, du XVIIe arrondissement, roulaient boulevard Gouvion-Saint-Cyr, en direction de la porte des Ternes. Les deux gardiens allaient à une allure peu rapide, leurs feux avant et arrière réglementairement allumés.

Alors qu’ils atteignaient le n° 40 de la voie et allaient atteindre la rue Dobropol, une auto surgit à une allure extrêmement rapide, tous feux éteints. Elle accrocha de son aile droite la roue arrière de la bicyclette du gardien Morby, qui roulait le plus à gauche. Le choc fut extrêmement violent. Le véhicule type cabriolet pris aussitôt la fuite. Transporté à l’hôpital Beaujon, le gardien Morby succombait à 3 h. 30 d’une fracture du crâne à l’âge de trente-huit ans.

Inlassablement recherché, le conducteur, ivre au moment des faits, finissait par se constituer prisonnier. Le 24 octobre suivant, la 12e chambre correctionnelle condamnait Rémy Gaucher, vingt-sept ans, à six mois d’emprisonnement pour homicide par imprudence et délit de fuite.

Biographie

Administration d'emploi

Préfecture de police

Corps

Corps d'encadrement et d'application

Type d'unité

Unité de Voie Publique - Service Général

Né le 15 mars 1894 à Puteaux (Hauts-de-Seine) ; marié à Yvonne Robert et père d’un enfant. Domicilié 66, Quai National à Puteaux.
Vétéran de la guerre 1914-1918, service militaire effectué du 2 septembre 1914 au 2 septembre 1919 avec les 101e, 104e, 332e et 81e régiment d’infanterie ; blessé au combat le 2 mai 1915 en Champagne ; médaille de la Croix de guerre. Entré à la Préfecture de Police le 16 octobre 1922, il fut plusieurs fois félicité pour les arrestations de nombreux malfaiteurs.

Sources et références

Le Petit Parisien, 17 septembre 1932, p.1/8 / Le Journal, 18 septembre 1932, p.2/8 / L’Homme libre, 25 octobre 1932, p.3/4 / Arbre généalogique d’Evelyne Giorgetti (photo de famille, myheritage)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée