Mémorial des Policiers français Victimes du Devoir

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort,
c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants. »

Jean d’ORMESSON

Soumettre un complément

Inspecteur de police

Henri Humbert

Victime du devoir le 08 mars 1920

Département

Rhône (69)

Affectation

Lyon (Police Judiciaire)

Partagez

Circonstances

Décès d'origine criminelle

Contexte

Interpellation(s) d'individu(s)

Arme utilisée

Homicide par arme à feu

Le 8 mars 1920, l’inspecteur Henri Humbert, quarante-sept ans, de la 10e brigade mobile de Police Judiciaire de Lyon, est en mission à Montélimar lorsqu’il reçoit pour instruction de rechercher et d’interpeller Maurice Théodore, trente-trois ans, malfaiteur redoutable en fuite dans cette ville, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour vols qualifiés lancé par le parquet de Forcalquier. Le bandit, sur le point d’être interpellé à Valence deux jours plus tôt, a tué un agent de police et pris la fuite.

Informé que le malfaiteur fréquenterait le café Gourjon, boulevard Saint-Gaucher, il décidait d’en surveiller la fréquentation avec le sous-brigadier de la sûreté Arnaud. Vers trois heures de l’après-midi, ils tombaient nez-à-nez avec le bandit dans l’établissement. A leur vue, Théodore plongea brusquement ses deux mains dans ses poches. Comprenant ce qu’il cherchait, Humbert bondit sur lui pour le mettre hors d’état de nuire. Après un corps-à-corps terrible suivi d’une fusillade, le bandit et l’inspecteur Humbert étaient tués ; le sous-brigadier Arnaud était grièvement blessé.

Biographie

Corps

Corps des inspecteurs de police

Type d'unité

Unité d'investigation

Titres et homologations

Citation à l'Ordre de la Nation

Décoration de la Légion d'Honneur

Né le 31 octobre 1872 à Bouclans (Doubs). Marié et père de deux enfants.

Entré à l’administration le 15 janvier 1897 comme agent de police à Lyon – La Guillotière. Nommé inspecteur de police près la 10e brigade mobile de Police Judiciaire de cette même ville. Promu inspecteur de police de 2e classe le 1er octobre 1919.

Elevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur [1] ; médaille des actes de courgae et de dévouement – échelon Or.

Sources et références

[1] Base de données Léonore, notice L1325036
Mort d’un Mobilard – Société Lyonnaise d’Histoire de la Police – Michel Salager

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires irrespectueux ne seront pas acceptés. Pour une demande particulière, merci d'utiliser le formulaire de contact.
Les champs marqués d'une asterisque (*) sont obligatoires.

Rechercher dans le Mémorial

Recherche par nom Recherche avancée